PROFIL DE L’ENTREPRISE NID’OTRUCHE

Même s’il a une formation comme ingénieur, Nicolas Charbonneau a toujours aimé les animaux. Déjà tout petit, il adorait aller à la ferme de son grand-père pour s’occuper des vaches laitières. Il a d’ailleurs toujours entretenu la vision de posséder un jour une ferme d’animaux. C’est lors d’une visite à l’Exposition agricole de Saint-Hyacinthe dans les années 90, qu’il tombe en amour avec l’autruche. Dès lors, il décide de se lancer dans l’élevage d’autruches, mais pour s’y préparer, il travaille deux mois dans une ferme d’autruches à Winnipeg, pour y apprendre tous les secrets.

Au retour, en 1997, il achète 17 autruches en provenance de Winnipeg et les installe à Saint-Eustache. Il démarre officiellement sa ferme d’élevage en compagnie de ses associés et parents, Jovette et Fernand Charbonneau. Ayant grandi au fil des dernières années sur la ferme, même les enfants de Nicolas et Annie (Noémie, Éloan et Zaélie) s’impliquent auprès des animaux.

C’est en 1999 qu’ils en font une attraction touristique en ouvrant leurs portes au public, Annie Bugueiro, diplômée en communications, commence à s’occuper du développement marketing et des communications de l’entreprise.

L’emplacement de Nid’Otruche est idéal. On y retrouve à proximité plusieurs vergers, des cabanes à sucre, l’Exotarium, le Centre d’interprétation de la courge du Québec et Intermiel. Ce sont tous des voisins avec lesquels il y a un échange de bons procédés.

Depuis 1999, les propriétaires sont des hôtes exceptionnels qui accueillent les visiteurs tous les ans, de mai à octobre. Visites guidées pour le public, pour les groupes scolaires, les garderies et les camps de jour représentent aujourd’hui la deuxième source de revenus de Nid’Otruche, après la viande. Le centre d’interprétation de l’autruche reçoit plus de 50 000 visiteurs par année, ce qui permet aux gens de découvrir cet animal attachant et sauvage à la fois.

Prix Tourisme Québécois

Nid'Otruche l'oréa d'or de la Banque National 2005

Très innovateur dans l’âme, Nicolas et Annie possèdent un amour profond pour les animaux. Tout a d’ailleurs été pensé et aménagé afin que les autruches aient un environnement le plus sain possible. De plus, la nourriture donnée quotidiennement aux autruches est, elle aussi, soigneusement choisie. Leur alimentation est surveillée et équilibrée. De la luzerne, du blé, de l’avoine, du maïs et de l’orge sont les principales céréales consommées. De plus, l’élevage se fait sans farine animale, sans hormones de croissance et sans médicaments.

Le Centre d’interprétation de l’autruche, qui commence sa seizième année, est d’abord une ferme d’élevage de plus de 200 autruches. Parmi ces plus grands volatiles au monde, on y retrouve un mâle rouge, une espèce originaire de la Tanzanie, plus particulièrement du Mont Kilimandjaro. Les autres sont de race bleue ou noire. De plus, une visite chez Nid’Otruche permet de se familiariser avec d’autres animaux tels que l’émeu et le nandou, de proches cousins de l’autruche au niveau génétique. On y retrouve aussi des animaux plus traditionnels de la ferme (poneys, lapins, poules, etc.).

Nid’Otruche, qui emploie une dizaine de personnes en haute saison, a remporté plusieurs honneurs au fil des ans. L’entreprise s’est notamment classée en deuxième place aux Grands Prix du Tourisme Desjardins Laurentides 2008 pour les attractions de moins de 50 000 visiteurs. Toujours en 2005, l’entreprise s’est méritée un Lauréat d’or régional de la Banque nationale pour la PME agricole de l’année.

Le centre d’interprétation de l’autruche rentabilise également les sous-produits de l’autruche, notamment les plumes, l’huile, les griffes et les coquilles d’oeufs. Grâce aux talents de Jovette Charbonneau, les coquilles des oeufs sont transformées en coffres à bijoux, en lampes à l’huile, en appuie-livres, en bibelots, etc. Les plumes prennent la forme de plumeaux, les griffes sont transformées en porte-clés ou bijoux et l’huile d’autruche sert à la fabrication de savons. Tous ces produits sont en vente à la boutique.

Mis sur pied en 2006, les repas champêtres (repas aventure) représentent une occasion spéciale de découvrir l’autruche sous tous ses aspects. En famille ou en groupe corporatif, les visiteurs peuvent désormais visiter le centre d’interprétation, y passer quelques heures, tout en savourant des mets à base d’autruche.

Des projets, il en reste encore pour les visionnaires. Leurs plans pour le futur comprennent une salle multimédia, une aire de promenade pour les autruches où elles pourront se gambader avec encore plus de liberté ainsi qu’un site pour l’organisation de courses d’autruches.

Vos hôtes vous attendent pour une visite inoubliable!!!

Communiqué de presse

Venez découvrir l’attraction touristique des Laurentides! Pour nous joindre, cliquez ici.

Votre panier est actuellement vide.
X